Nous contacter

Communiqué – « Baisse de 34% du nombre de personnes prises en charge nouvellement diagnostiquées séropositives par le VIH »

COMMUNIQUE DE PRESSE CNS

La réponse mise en place face à l’épidémie de COVID-19 a nécessité un redéploiement et une concentration des moyens qui ont profondément bouleversé l’organisation du système de soins et l’activité des acteurs de santé. Elle a également exigé d’instaurer un état d’urgence sanitaire permettant de déroger temporairement à certains droits fondamentaux. Cette situation d’exception a eu d’importantes conséquences sur la prise en charge des autres besoins de santé de la population, tant par son impact sur l’offre de soins que sur les conditions d’accès des personnes aux services.

Dans le domaine de la lutte contre le VIH, les hépatites virales et les IST, les offres de prévention et de dépistage ont été considérablement réduites pendant la période de confinement, alors que les difficultés d’accès des usagers se sont multipliées, en particulier pour les publics fortement exposés les plus marginalisés. Certains signaux suggèrent que des prises de risques importantes se sont poursuivies pour une partie des personnes, mais les effets du confinement sur les comportements et pratiques à risque de transmission demeurent globalement inconnus et devront être étudiés. De même, l’incidence du quasi-arrêt de l’activité de prévention et de dépistage sur la prise en charge des nouvelles infections et sur le contrôle de l’épidémie devra être mesuré.

Le déconfinement ouvre désormais une période porteuse à la fois de risques graves de contamination et d’opportunités de rattrapage en matière de prévention et de dépistage.

Le CNS souligne par conséquent l’urgence d’assurer la pleine reprise des activités de dépistage et de prévention, incluant la PrEP, et appelle à ce que les conditions de leur mise en œuvre soient réunies le plus vite possible, aussi bien dans les structures publiques de santé que dans le cadre associatif.

Parallèlement, le CNS demande que soit mise en place une communication publique sur la permanence des risques liés aux épidémies de VIH, d’hépatites virales et d’IST, et sur l’importance du dépistage de ces infections et des gestes de prévention.

Enfin, la sortie de la phase aiguë de l’épidémie de COVID-19 et des mesures d’exception qu’elle a entrainées doit être l’occasion d’engager le débat public sur la façon dont notre société entend faire face aux risques posés par les épidémies de maladies transmissibles. L’expérience de la lutte contre le VIH/sida peut y contribuer. Elle a montré que la réponse à une épidémie majeure doit reposer sur un ensemble de principes essentiels : respect des droits des personnes, équité d’accès à la santé, notamment pour les plus fragiles et démocratie sanitaire. L’association étroite de la société civile à l’élaboration des décisions qui les concernent, en particulier les personnes les plus exposées au risque épidémique, doit favoriser la compréhension, l’acceptation et l’appropriation des mesures individuelles et collectives de prévention indispensables en temps d’épidémie.

Télécharger le Communique Presse CNS 9 juin 2020

Sexualité et déconfinement, es-tu prêt ?

Rappel des bases santé sexuelle et covid-19 :

Gardez à l’esprit qu’en plus du covid-19
les risques de contamination au VIH et aux IST sont toujours présents

• Les antirétroviraux contre le VIH ne protégent pas du covid-19
• La PrEP ne protége pas du covid-19
Je m’assure que la personne que je m’apprête à rencontrer n’a pas de symptômes (fièvre/toux/essoufflement)
Si toi ou ton/ta partenaire se sent malade = on attend que ça aille mieux avant de se rencontrer

Côté sexe, comment limiter les risques ?

• Faire un check-up complet VIH/IST
• Les capotes sont tes best friends
Je décide de rencontrer quelqu’un / de faire un plan : – je me lave les mains à l’eau et au savon…
• J’évite les contacts salivaires
•et j’en profite pour faire de même sur mes organes génitaux avant ET après le plan.
• Attention à la solution hydroalcoolique qui peut provoquer des brûlures sur les muqueuses
Je limite le nombre de partenaires en cette période de déconfinement
– Je limite au maximum le sexe groupé
Attention aux anulingus, le virus du Covid-19 se retrouve dans les selles.

Télécharger le document PDF : déconfinement-rappel-santé

Communiqué de presse : suite article Le Progrès

Le 15 avril 2020, un communiqué de presse dédié à la campagne d’envois d’auto-tests vers une population principalement HSH (hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes) a été envoyé à la presse.

A la suite de ce communiqué, un article a été publié dans le journal Le Progrès, issu

d’un interview axé essentiellement sur les prises de risques sexuels de la population HSH dans le contexte sanitaire actuel. Certains de nos propos, sortis de leur contexte ont pu laisser croire que nous stigmatisions une communauté.

Nous sommes atterrés que notre communication ait pu à ce point manquer son objec- tif et blesser précisément une population que nous défendons pourtant et accompa- gnons depuis la création des COREVIH. L’ensemble des actions que nous conduisons dans le cadre de nos missions de prévention et de prise en charge des personnes infectées par le VIH : semaines de dépistages, Rue de l’Amour, campagnes d’envoi d’auto-tests à domicile, plaidoyers pour la défense de l’AME, démontrent que nous sommes très loin d’une telle attitude.

En tant que COREVIH, nous avons cherché à alerter sur les différents comportements à risques que nous repérons à l’hôpital ou sur les applications de rencontres, afin d’in- former les différents publics sur les dangers qui peuvent se présenter et que chacun puisse adopter une attitude de prévention adaptée.

Nous comprenons que cet article ait pu blesser par son titre racoleur, son manque de nuances et l’insuffisance de mise en perspective avec l’objet de notre communiqué de presse, à savoir la campagne d’envoi d’auto-tests à domicile.

Nous le regrettons sincèrement et nous réaffirmons avec force notre engagement aux côtés de toutes les personnes LGBTQ+.

 

Covid-19 et VIH : communiqué

Covid-19 et dépistage VIH.

[UPDATE 22/04/20]

😱Désolé victimes de notre succès, nous sommes actuellement en rupture de stocks d’auto-tests.

Une offre de dépsistage sur la Métropole de Lyon est actuellement en cours de développement.

Pour toutes les personnes hors territoire du COREVIH Lyon Vallée du Rhône (Métropole de Lyon, Ain, Drôme et Ardèche) n’hésitez pas à contacter votre COREVIH ou associations locales.

Merci !

Comment le COREVIH Lyon Vallée du Rhône continue ses actions ‘Lyon et la Vallée du Rhône sans SIDA’

Pendant le confinement, il n’est pas simple d’accéder au dépistage. Par conséquent le COREVIH Lyon Vallée du Rhône met en place une campagne d’envois d’auto-test VIH à domicile.

Télécharger le communiqué de presse

Découvrez la vidéo de la campagne auto-test VIH :

Lettre d’information « Covid-19 » – SFLS et SPILF

LETTRE D’INFORMATIONS CONCERNANT L’ÉPIDEMIE DU CORONAVIRUS « COVID-19 »

La SFLS et la SPILF ont élaboré une lettre d’information pour les personnes vivants avec le VIH et les personnes séroconcernées, concernant l’épidémie actuelle du coronavirus « Covid-19 » (ci-après) .

Les informations concernant l’épidémie évoluant rapidement, les présentes recommandations datées du 12 mars 2020 seront susceptibles d’évoluer.

Télécharger : COVID19_PVVIH_Reco_SFLS-SPILF

Coronavirus en France – les gestes à adopter

Les personnes séropositives au VIH sont immuno-déprimées, donc à risque. Il n’y a pour l’instant pas de publication scientifique sur des cas d’infection par le Coronavirus chez des personnes séropositives au VIH. 

Soyez donc vigilants et respectez les consignes d’hygiène recommandées dans le document édité par Santé Publique France, ci-après.